Pensées de Thaïlande

Voyage en Thaïlande du 21 Avril au 5 mai 2015, Bangkok et Phuket.

 

 

vous pouvez, et vous devez même cliquez sur les photos pour les agrandir !!

 

 

Mercredi 22 avril 2015 – Jour 1

Comment décrire l’assommante différence de température qui nous tombe dessus à la sortie de l’aéroport de Bangkok, 36-38 degrés qui nous rappelle à l’ordre, à cela il faut additionner les 80 décibels de la circulation grouillante et trépidante d’une ville qui vous fait rapidement comprendre que vous n’aurez pas le dessus.

Comme référence des villes asiatiques, j’ai Tokyo et Séoul dans mes bagages, Bangkok arrive à point nommé à la troisième position de ces trois méga-city, ces villes aux habitations aussi anarchiques que vivantes et aussi sales qu’intéressantes (en tout cas pour moi).

Cette première insertion dans le quartier de Phra Khanong nous donne le ton sur l’amabilité des Thailandais, qui je l’espère ne changera pas jusqu’à la fin de notre séjour.

 

Marché couvert, repas à 35 Bahts soit environs 1 euro - Copyright S.Casanova, ne pas copier.

Marché couvert, repas à 35 Bahts soit environs 1 euro

Scène de rue à Bangkok - Copyright S.Casanova, ne pas copier

Scène de rue à Bangkok, un flot continu de voitures, motos et autres machines roulantes toute la journée sans arrêt !

 

 

 

 

 

 

 

Jeudi 23 avril 2015 – Jour 2

Aujourd’hui nous avons flâné dans le quartier Suriya Wong, dont quelques rues sont orientées musulmanes. C’est un quartier plutôt pauvre, des maisons assez basses et mal entretenues (photo 1), mais vivant et bondé de monde comme a priori je vais le voir dans tous les quartiers de Bangkok.

Nous ne manquons pas de nous faire accoster toutes la journée par tous les conducteurs de Touk-touk, ces 3 roues réservés aux touristes, qui une fois assis à l’intérieur, le toit en toile vous empêche de découvrir la ville car il est bien trop bas pour nous les européens d’1 mètre 80. Il existe un nombre incroyable de moyens pour se déplacer dans Bangkok, le métro, le train aérien, les touk-touks, pleins de sortes de taxis de toutes les couleurs, les taxi-scooters qui zig-zaguent entre les voitures.

Sur la photo 2, un marché situé entre les immenses facultés, vêtements et bouffe de toute sorte, la nourriture est présente à tous les coins de rues. Mais où est Corinne sur la photo 2 ??

SONY DSC

Photo 1

SONY DSC

Photo 2

 

 

 

Les Taxi-scooters, très nombreux à Bangkok

Les Taxi-scooters, très nombreux à Bangkok

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 24 avril 2015 – Jour 3

Je ne finirai pas ce séjour sans vous parler de cela, car omettre ce sujet, ce serait comme passer à côté d’un homme en train de se noyer sans l’aider.
Le tourisme sexuel…des centaines, des milliers d’hommes d’occidentaux seuls à la recherche ou accompagnés de jolies Thaïlandaises qui ne seraient être d’autres que des filles de joies.
Bangkok est-elle la capitale mondiale du tourisme sexuel ? En tout cas elle en a tous les traits.
Tout cela se passe sous nos yeux ébahis et dans une banalité déconcertante.
Quand on sait que 48,6 % des prostitués sont positives au VIH, et pratiquent facilement sans préservatif (source à voir ), c’est un gros point noir pour la Thailande.
(Photos 1 et 2) Les messieurs trouvent leurs concubines éphémères à Bangkok, et prennent un vol interne direction Phuket, ville balnéaire, le même vol que le nôtre.
Histoire d’alléger cette histoire, je vous présente l’avion qui dessert Phuket. (Sur la photo 3)
Il fallait bien un avion en forme d’oiseau pour (peut-être) se faire pigeonner.

IMG_20150424_165432

Photo 1

IMG_20150424_165405

Photo 2

 

 

SONY DSC

Photo 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 25 avril – Jour 4

Phuket, oh sublime Phuket, connu dans le monde entier…mais pourquoi au fait ?

Ville depuis 2004 seulement, démographie galopante (+50 % en 10 ans), Phuket c’est avant tout des petits commerces bricolés, abîmés, des rues sans trottoir, des centaines de scooters lachés dans les ruelles, des conducteurs de touk-touk qui ont dû apprendre le métier à Marrackech..bref vous l’aurez compris, je ne suis pas tombé sous le charme de cette sublime ville.
Je ne suis pas là pour profiter d’un lieu de villégiature, mais pour voir le monde, découvrir comment les gens vivent de l’autre coté de la planète, et ici, je vois des gens qui ont des très petits boulots, sûrement mal payés, qui vivent et habitent dans leurs commerces très souvent délabrés. C’est un constat, pas un jugement, qui me permet de relativiser sur notre vie à nous tous, nous les Francais, les Lorrains, les Naboriens.

Je ne vais pas vous mettre des photos qui embellissent la réalité, mais plutôt qui la raconte, lorsque vous tapez « Phuket » sur Google, vous trouverez essentiellement les images de bord de mer et d’océan bleu magnifique…mais plus rarement les photos que je vous met ci-dessous.

SONY DSC

Snack ambulant à Phuket, et vraiment très répandu dans toute la Thaïlande

SONY DSC

Croisement au centre de Phuket

 

Un Zest de Zen

Un Zest de Zen

 

 

 

 

 

 

Dimanche 26 avril 2015 – Jour 5

Des sauterelles géantes qui vous bondissent dessus, des blattes aussi grosses que votre pouce qui jouent à cache-cache dans votre chambre, et des fourmis qui traversent votre lit…et oui, nous sommes sous les tropiques.

Comme je vous ai sapé le moral sur le dernier billet, je vais tenter de redresser la situation en vous montrant des photos du temple Wat Wichit Sangkaram qui fait partie des plus beaux temples de Phuket.
Contraste foudroyant entre ce bâtiment religieux admirablement entretenu, et le reste de la ville qui aurais bien besoin d’un petit coup de peinture.
Des détails en veux-tu en voila, et des moines bouddhistes dont un de 6-7 ans qui fuit notre venu.

Malgré quelques dents en moins dû à son âge, ce superbe dragon protège Bouddha dans sa gueule même.

SONY DSC

Bouddha dans la gueule du dragon

SONY DSC

Le Temple

SONY DSC

Les protecteurs du temple

 

Lundi 27 avril 2015 – Jour 6

En 1973, le dernier James Bond, l’homme au pistolet d’or, avais pour décor une plage d’une île de Thaïlande, aujourd’hui, l’ile de James Bond (rebaptisé pour l’événement) est un des hauts-lieux du tourisme de masse. Même si le décor est superbe, cette plage assaillie de commerces à breloques et de touristes à chapeaux en fait un enfer. Heureusement le bateau qui nous y a amené, nous proposera aussi quelques autres îles et plages abandonnées qui nous fera apprécier notre ballade maritime.

Une eau de mer à 30 degrés, ça existe ! moi qui n’ai connu que la fraîcheur des mers jusqu’à aujourd’hui, me voila servi.

Les centaines d’îles et îlots au large de Phuket sont autant de rubis sur un tissus de soie, c’est à voir dans sa vie, voila qui satisfera tous les amoureux de paysage magnifique.

SONY DSC

Photo 1 – Bateau de transfert jusqu’à la plage

SONY DSC

Photo 2 – Le pic de l’île de James Bond

SONY DSC

Photo 3 – Bateaux de pêcheurs locaux

 

Mardi 28 avril 2015 – Jour 7

Aujourd’hui nous sommes allés à Patong, nous avons pris les Bus de lignes internes, des vieux bus en bois appelés Songthaew, charmants, atypiques et pas chers, mais lents…très lents, pour faire 12km nous avons mis 1H30, c’est le bus utilisé par les Thaïlandais, alors nous n’avons pas hésité.

Alors Patong, c’est LA plage branché de l’île de Phuket, enfin branché…disons qu’elle attire un certain type de clientèle à la recherche de « Fuuun », de Thaïlandaises, de vêtements bon marchés marqués dessus « Cocaine » , de Lady boy, et j’en passe et des meilleurs.

Lorsque vous arrivez devant la porte d’entrée magnifiquement décorée de Patong-Beach, vous avez l’impression d’être à l’entrée d’un parc d’attraction, seulement ici, pas d’autos-tamponneuses, seulement des girls-tapineuses (mes excuses pour ce jeu de mots, l’euphorie du lieu sûrement), nous nous sommes baladés de jour, il y a donc beaucoup moins d’ambiance que la nuit, mais l’on peut déjà s’imprégner de ce lieu propice à la réflexion et à l’art.

SONY DSC

Les bus « Songthaew »

 

 

 

 

SONY DSC

Portail d’entrée de Patong Beach

 

 

 

SONY DSC

Bar incroyablement décoré dans Patong

 

 

 

SONY DSC

L’ésprit Mc Gyver des Thaïlandais

 

Mercredi 29 avril 2015 – Jour 8

La Thaïlande n’a bien évidemment pas les mêmes coutumes et références que nous. Au-delà d’une culture influencée par le grand frère chinois, nous, européens, nous pouvons rester interloqué devant des scènes de vie banale. Comme par exemple une famille de 2 adultes et 2 enfants de bas âges sur une mobylette à vive allure, le tout sans casques, ou encore les petits restaurants que vous trouverez en masse dans chaque rue des villes Thaïlandaises, avec un niveau de propreté plus que douteux, des murs noirs de crasse, et paradoxalement une cuisine délicieuse faite de produits frais.

Cela rend ce pays intéressant à mes yeux de toutes ces différences qui nous séparent.

Sur la photo 1 vous verrez ce que l’on peut apercevoir dans tout le pays, dans quasiment toutes les commerces, et dans toutes les rues, les portraits géants du roi et de la reine, c’est un petit rappel au bon sens pour les Thaïlandais dont la dynastie du Roi Rama IX règne depuis 1946, et oui la Thaïlande est une dictature. Sur cette même photo vous verrez le magnifique échafaudage en bambou monté en quelques minutes et qui va servir à repeindre l’horloge circle dans le centre du rond-point.

Sur la photo 2, le livreur d’oiseaux avec ses magnifiques cages en bois qui plairaient sûrement à ma belle-mère, les oiseaux sont des Bulbul Orphée, on les trouve partout dans beaucoup de maison à Phuket.

La photo 3 vous montre une « maison aux esprits » : ce sont des mini-temples, situés devant toutes les maisons de Thaïlande, que ce soit un building ou une petite cabane, vous trouverez toujours cette petite construction avec des offrandes (des sodas avec paille, des fruits, de la nourriture..), elle permet tout simplement d’offrir un abri aux esprits pour éviter que ceux-ci ne viennent habiter votre maison.

 

SONY DSC

Photo 1 – Longue vie au roi et à la reine

SONY DSC

Photo 2 – Le livreur d’oiseaux

SONY DSC

Photo 3 – Une maison des esprits

Jeudi 30 avril 2015 – Jour 9

A notre départ vers les iles Phi-Phi, lors de l’embarquement dans le port, nous avons croisé beaucoup de bateaux de pêche qui rentraient au port, ces bateaux étaient tous équipés pour la pêche au lamparo, d’énormes ampoules qui éclairent la surface de l’eau et attirent inexorablement les poissons ou les calamars.
Les iles maya et bamboo sont à l’identique de ce que l’on peut voir dans l’émission Koh-Lanta, car d’ailleurs elles se situent sensiblement à quelques dizaines de kilomètres des lieux de tournage de l’émission.
Du sable fin et blanc, une eau chaude et transparente, des poissons par milliers, des noix de coco…j’avoue que cela ressemble beaucoup au paradis, si toutefois le bon dieu aurait la décence de bien vouloir descendre la température.

Photo 1 - Bateau de pêche au lamparo

Photo 1 – Bateau de pêche au lamparo

SONY DSC

Photo 2 – Long tail boat

SONY DSC

Photo 3 – Baie connu pour étant le lieu de tournage du film « la plage »

SONY DSC

Photo 4 – Plage de Phi-Phi

 

 

Vendredi 1 mai – Jour 10

Sur le trajet vers l’aéroport, nous avons eu la chance de pouvoir discuter assez ouvertement avec notre chauffeur de taxi, ce qui nous à permit d’en savoir un peu plus sur les conditions de vie en Thaïlande et plus particulièrement sur l’île de Phuket. Ce charmant homme que nous assaillons de questions, nous apprend par exemple que le salaire moyen en Thaïlande et de 10 000 Bhats, soit environs 300 €, qu’il n’y a pas d’assurance chômage, d’où le nombre incroyable de petits boulots dans toutes les rues.

Nous lui demandons si il y a besoin d’un permis pour rouler un scooter,sa réponse est oui, en nous précisant 2 chiffres incroyables, 1 million de scooter sur l’ile, et 3 morts par jours…sur une superficie de 500 Km2 ça peut faire réfléchir ! Surtout que les policiers locaux sont assez relax sur les contrôles.

Retour à Bangkok, dans le quartier de Banglamphu (photo 1), ce quartier branché et jeunes est inondé d’occidentaux, aussi bien de touristes, que résidant. C’est un quartier qui vie la nuit, les bars branchés y sont légions, c’est un quartier hyper vivant et bruyant.

Dans ce même quartier le temple de Bavorn Niwet, avec son toit dorée qui culmine au dessus des toits de la ville. (photo 2 et 3)

SONY DSC

Photo 1 – Quartier de Banglamphu

 

SONY DSC

Photo 2 – Entrée de Bavorn Niwet et université pour les moines

SONY DSC

Photo 3 – Coupole/toit doré(e) du temple

 

 

Jeudi  2 mai – Jour 11

Welcome to Chinatown, la ville dans la ville. Ce quartier aux enseignes dignes de Shangaï, étouffant dans cette chaleur de mai, reste assez épargné par les touristes. Les restaurants Chinois avec leurs spécialités d’aileron de requin vous assaillent à tous les coins de rues, les temples religieux ne sont pas dans le même style que ceux des quartiers Thaïs, car la religion même si  de base Bouddhiste n’est pas la même et varient à l’identique des catholiques par rapport aux protestants.
Les photos 2 et 3 vous montrent les petits métiers des rues, Sur la photo 2 vous verrez par exemple une personne qui vous propose de l’épilation au fil, encore assez répandu en Asie, c’est une technique assez particulière est inattendue pour nous occidentaux.
La photo 3 vous montre les petites couturières (ou couturiers) que j’ai pus croiser dans beaucoup de rues, avec ou sans machines comme dans ce cas, nombre de Thaïlandais utilisent leurs services.
Sur la photo 4 les snacks ambulants, c’est dans ce genre d’endroit que je me régale, nourriture Thaï à base de poulet, canard ou porc, assez pimenté avec du riz est des légumes frais. Certes il faut être d’accord de manger sur le trottoir avec table et chaise de camping, dans un environnement bruyant et une chaleur de 37 degrés, mais la nourriture est excellente et le repas entre 1 et 3 euros.
Pour info tous ces petits snacks remballent tous les soirs pour remonter leurs stands tous les matins.

SONY DSC

Photo 1 – ChinaTown in Bangkok

SONY DSC

Photo 2 – Épilation au fil

SONY DSC

Photo 3 – Couturière de rue

SONY DSC

Photo 4 – Snack Thaï

Dimanche 3 mai  – Jour 12

Le Rajdamnerne Boxing Stadium est l’un des deux derniers stadiums de Bangkok où l’on, pratique la boxe Thaï.
Certains trouveront cela brutal et violent, moi je pense qu’il vaut mieux combattre dans un ring avec des règles, plutôt que combattre dans la rue, ou faire la guerre.
Nous avons sympathisé avec un employé du Stadium, celui qui s’occupe de mettre la coupelle géante et le tabouret dans un des coins du ring.
Même si le dialogue n’a pas été facile, ce brave homme aussi sympathique que joviale, nous a permis de comprendre deux ou trois choses sur la boxe Thaï. Sur des combats « classique » comme ce soir, ceux qui se déroulent en milieu de soirée, le gagnant obtient 4000 Bahts (env. 125 €) et le perdant 200 Bahts. Il nous annonce aussi que les premiers combattants ont 18 ans, ce qui nous paraît plus qu’incertain, au vu du visage et du gabarit qui tendrait plutôt vers 16 ans. L’ambiance est tout de même intéressante, les camps de supporters s’affrontent à coup de cris à chaque coup porté et les parieurs gesticulent et donnent des codes de paris avec les mains de tous les côtés, certes ce n’était pas le grand soir des grandes rencontres, mais nous avons eu un bel aperçu de cette pratique qui fait la réputation de la Thaïlande dans le monde entier.

SONY DSC

Photo 1 – Échauffement et étirements avant le combat, et l’employé du Stadium de dos

SONY DSC

Photo 2 – Le combat et la foule

SONY DSC

Photo 3 – Les conseils de l’entraîneur entre deux rounds

 

 

Pour conclure

Ce voyage m’aura fait découvrir un pays plutôt agréable dans l’ensemble, tous les Thaïlandais que j’ai pu rencontrer m’ont accueilli avec le sourire, et ont été d’une politesse quasi-irréprochable.

Avec ma femme, nous nous sommes sentis en sécurité, et nous n’avons pas subi d’arnaque ou de vol durant ces 12 jours et très très peu de « surcouts du touriste ».

J’avoue ne pas avoir réussi à m’habituer à cette chaleur étouffante pouvant atteindre 38 dégrées, et ce jusqu’à la fin de mon séjour, mais j’ai toujours eu une préférence pour les pays tempérés, et je suis sûr que pour beaucoup d’entre vous cela vous conviendra à merveille.

J’ai publié ces photos non pas pour vous montrer que je suis un photographe professionnel et pour me mettre en valeur, mais pour vous inciter à voyager si vous le pouvez, car j’en suis convaincu, voyager c’est s’ouvrir l’esprit, c’est vivre.

 

Photographies – Copyright S.Casanova, ne pas copier.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *